Journée d’étude de la Commission Départementale des Espaces Sites et Itinéraires 8 novembre 2017

1

2

 

 

 

Introduction de Monsieur Christian Féroussier
Je vous souhaite la bienvenue pour cette belle après-midi de réflexion consacré à l’évènementiel sportif de nature.
Je tiens à remercier Madame Dominique Coste, Présidente du CDOS 07 et les salariés pour son organisation.
Les évènementiels sont le fleuron de notre département. Le Département consacre un budget pour accompagner les manifestations sportives, comme il accompagne les comités sportifs.
Le nouveau règlement d’aide va être proposé à partir de 2018.

Introduction de Madame Christine Malfoy
Bonjour et bienvenue. Je suis Conseillère départementale en charge de l’environnement, des grands sites, de l’énergie et des espaces naturels sensibles. Des habitudes de travail ont été prises dans le cadre du pôle sport nature du Département dans lequel je représente la partie « nature ».
La Commission Départementale des Espaces, Sites et Itinéraires est un espace de discussion, elle se réunit 2 à 3 fois par an, il faut trouver d’autres lieux de réflexion et de débat, pour associer sport et nature et regrouper tous les acteurs : organisateurs hébergeurs…Nous vivons dans un merveilleux territoire qui offre de nombreuses possibilités.

Introduction de Madame Dominique Coste
En ma qualité de Présidente du CDOS 07 je vous souhaite la bienvenue pour cet après-midi de travail. L’Ardèche est identifiée comme le 1er département sport nature en milieu rural et non montagnard. Le Département a confié au CDOS depuis 2015 la mission d’intervenir dans le domaine des sports de nature. Nous travaillons donc en étroite collaboration et en toute confiance.
Cette mission inclus l’organisation de journées d’étude dans le cadre de la Commission des Espaces Sites et Itinéraire.
Les activités  sportives  de nature sont un facteur de qualité de vie et un vecteur important pour l’activité touristique. Aussi la journée d’aujourd’hui consacrée aux évènementiels sportifs de nature doit permettre d’exposer motivations et attentes mais également préciser le cadre règlementaire et les mesures préventives à prendre en considération.
Ces échanges doivent être constructifs autour d’une réflexion partagée, avec en ligne de mire enjeux et retombées. Soyez persuadés que le CDOS est à vos côtés pour que l’Ardèche se démarque des autres destinations.
Je vous souhaite un bel après-midi de travail.

Intervenants

Christine Malfoy, Dominique Coste, Bénédicte Casado, Marielle San José, Marina Geray, Christian Féroussier,  Bruno Damiens, Daniel Archambault, Judicaël Arnaud, Damien Cocatre, Jean François Daller, Jean Marc Debard, Frédéric Deronzier, Romain Schockmel, Nicolas Gobillot, Stéphane Lamy, Christophe Dechaseaux, Mathieu Philippe, Jean Luc Testud, Stéphane Tripot, Vincent Orcel, Marc Avezard, Claude Crain.
Et le public

Introduction

Notre département de par sa configuration, son imaginaire, sa météo ses nombreux sportifs et sa multitude d’associations se prête bien à l’organisation de manifestations sportives de nature.
Le nombre d’évènementiels proposés a été démultiplié ces dernières années, posant ainsi la question de la banalisation et de la perte de sens éventuelle, Mais les débats d’aujourd’hui démontreront certainement l’inverse, par l’affirmation des motivations à organiser à soutenir et à  communiquer sur ces moments incontournables du paysage Ardéchois.
Qu’est-ce qu’un évènementiel ? Une tentative de définition pourrait être la suivante :
•    L’évènementiel nécessite une organisation préalable par rapport à une situation accidentelle ou improvisée
•    Il pose une limite de temps et de lieu en ce sens les courses à la voile autour du monde sont à la limite de l’évènementiel
•    Il se caractérise par une médiatisation par opposition à une réunion privée
•    Il véhicule une performance sportive pas forcément compétitive
•    Il génère des retombées matérielles ou symboliques
L’évènement se caractérise par son aspect intégrateur et sa capacité de mise en valeur du territoire et son aptitude à générer une mémoire.
On peut distinguer :
•    Les compétitions strictement sportives organisées par les fédérations, les ligues professionnelles et le mouvement olympique
•    Les manifestations assez libres mais élitaires physiquement ou techniquement ou économiquement (transat UTMB…)
•    Et celles qui combinent ces 2 aspects (grands marathon des villes : New York…)
On doit noter que la concurrence entre organisateurs implique, pour se démarquer d’innover en permanence ce qui entraine une démultiplication de cette segmentation à titre d’exemple par l’intégration d’éléments « citoyen » solidarité, médical, écologique…
A la question : comment 1 évènement temporaire peut s’ancrer dans le temps et dans l’espace pour fabriquer du territoire il est proposé plusieurs réponses en fonction des stratégies de développement
Exemple : il contribue à la production d’image et à la construction du territoire. L’évènement peut ainsi légitimer le territoire auprès des pratiquants de l’activité générant une fréquentation d’où la tentation, d’évaluer la valeur du territoire en rapport avec le niveau de performance des participants (parapente, escalade, surf…) Par contre cette notoriété est limitée aux individus concernés par la pratique.
Un évènementiel peut permettre à une destination touristique de se maintenir comme zone de référence (Marathon des Gorges ?)
En conclusion, je vous propose cette segmentation en 2 modèles
Modèle A logique participative pour un évènement fondé sur place par des responsables sportifs avec soutien des élus
Compétition ouverte à un grand nombre de participants avec inscription payante et peu de spectateurs (gratuité) : conception économique directe immédiate.
Exemple l’Ardéchoise : 16 000 participants à 80€ d’inscription.
Modèle B élitisme sportif pour un évènement importé et fondé par une fédération ou une ligue professionnelle.
Sur invitation ou sur test, compétiteurs invités et rémunérés, spectateurs nombreux et payant logique d’image et d’attractivité à long terme.
Exemple Roland Garros : 15000 spectateurs à 200 € pour un cachet d’1 million d’€ par joueur en finale.
Dans cette approche se situe l’évènementiel sportif de nature, ancré dans le territoire et dont nous allons débattre maintenant

1ère table ronde

En introduction : synthèse du mini sondage réalisé auprès de certains organisateurs :
•    Qu’est-ce qu’un évènementiel ?
Mise en valeur du territoire
•    Motivation
Plaisir/convivialité
•    Objectif
Faire découvrir le territoire dans le respect du milieu naturel

Sur la motivation des organisateurs
Les organisateurs ont tendance dans un premier temps à privilégier l’approche territoire mais en intégrant des spécificités (en l’occurrence ce qu’ils ressentent comme spécificités)
Exemple : le futur Trail des 36 000 au nom mystérieux (les 3 distances arrivant à la Caverne du Pont d’Arc, un lien avec l’âge des peintures a été opéré + la distance d’une des courses) souhaite s’inscrire dans la logique Emerveillés par l’Ardèche, l’imaginaire de la Grotte Chauvet et le lieu emblématique de l’Espace de Restitution. Mais l’aspect logistique a été intégré : une première édition limitée à 1000 participants avec  une évaluation prévue de la capacité du territoire (notamment les sentiers) à les accueillir. L’objectif de fidéliser les participants (promotion d’autres épreuves du territoire) est également affiché.
Autre exemple avec l’Ardèche Run (1ère édition) : prise en compte du territoire Albenassien mais en proposant une pratique originale : un semi-marathon sur route à l’égal de Marseille-Cassis expérimenté par l’organisateur. La communication a été uniquement réalisée sur les réseaux sociaux (1000 participants, 47 départements, 8 nationalités) Forte volonté des organisateurs de s’inscrire dans une logique économique et sociale du et pour le territoire.
Un petit souvenir d’Ardèche Run : http://bit.ly/videoardecherun2017

On peut citer également Le Trail de la Chaussée des Géants destiné à faire connaitre cette partie des Cévennes (territoire Sources et Volcans) mais en intégrant la dimension « santé » ainsi sont présents médecins, kinés, des conférences sont organisées (diététique…) et une chaine You Tube a été créée.
L’épreuve se caractérise par une forte adhésion des bénévoles (de 2 à 240 aujourd’hui)
A l’inverse le Trail l’Ardéchois a failli disparaitre il y a 3 ans car les organisateurs ont ressenti un certain épuisement, il a été repris par une structure privée ce qui est rarissime dans notre département. L’évènement fonctionne toujours grâce à une convention entre l’association (Trail de Desaignes) et la société (Extra sport)
Le Raid du Pont d’Arc a été créé à l’origine pour mettre en valeur le site du même nom, organisé par l’Office de Tourisme et l’amicale des sapeurs-pompiers. Aujourd’hui, avec la nouvelle organisation du territoire et la création de la SPL du Pont d’Arc une aide logistique est apportée sur la réservation (hébergement…) et la communication.
D’autres évènements sont organisés pour un public particulier : exemple les jeunes.
Ainsi l’USEP organise des manifestations pour les enfants à travers le dispositif VIDA (voyage itinérant de découverte de l’Ardèche) en prenant en compte notamment la pratique du vélo, avec le constat que ce n’est pas forcément leur pratique de prédilection. Il est important de mobiliser les jeunes le plus tôt possible ce qui peut être une réponse au renouvellement des bénévoles.
L’UNSS s’attache à développer au quotidien les différents rôles liés à la pratique : jeune secouriste, jeune reporter, jeune sapeur-pompier ; dans 2 ans se dérouleront les championnats du monde escalade (UNSS) à Aubenas, il est ainsi envisager de former des jeunes interprètes.

Sur la structuration des acteurs, le lien social et le partage de l’espace naturel
La participation des bénévoles est essentielle ainsi que leur fidélisation, elle contribue à la notoriété de la manifestation auprès des habitants du territoire.
Pour l’Ardèche Run des flyers spécialement conçus pour mobiliser des bénévoles ont été distribués, l’inscription se faisant directement sur le site web, 130 bénévoles étaient souhaités 140 se sont manifestés.
Par ailleurs le Secours Populaire s’est rapproché du Département pour étudier l’échange : participation de bénéficiaires aux manifestations en tant que bénévoles en échange de la participation à l’acquisition de licences sportives pour les jeunes bénéficiaires.
L’Ardèche s’est dotée d’un dispositif (dispositif FICE pour fiche d’information et de cohabitation dans les espaces naturels)) qui permet aux organisateurs d’évènementiels ou de sorties clubs d’informer les associations de chasse (ACCA) : date lieux… afin de cohabiter.
Le dispositif basé sur la rédaction d’une fiche et la fourniture d’un tracé va être dématérialisé et sera accessible via un compte utilisateur sur le site de la Fédération des Chasseurs de l’Ardèche
Sur la prise en compte des enjeux environnementaux
Il est primordial pour les organisateurs une fois dessinés les contours de leur projet de prendre en compte l’aspect environnemental.
Il convient de distinguer :
•    Le respect de la biodiversité
La FRAPNA 07 se propose d’accompagner les organisateurs afin de limiter les impacts. Travailler ensemble en amont n’est pas une contrainte mais une réelle plus-value. Il est cité à titre d’exemple le Raid du Pont d’Arc : il était envisagé un passage près d’une aire de nidification, après concertation avec la FRAPNA, le parcours a été dérouté de 3 km. Il est également cité la mise en place de zone de silence (pour les concurrents afin de respecter la quiétude des lieux)
La difficulté réside dans la multiplication du nombre d’épreuves ce qui mobilise d’importants moyens humains.
La Fédération Française de spéléologie à fait le constat il y a quelques années de la montée en puissance du nombre d’épreuves et la concurrence qu’elle entraine entre organisateurs, s’est traduite par la proposition d’activités spécifiques afin de se démarquer. Il a fallu répondre à des demandes de pratiques compétitives en milieu souterrain (hors grotte aménagées), ce qui a provoqué un tôlé au sein de la Fédération qui, dans le cadre de ses compétences a édicté  une charte de bonne pratique en 5 points : (Il est rappelé que le Code du sport précise que les Fédérations délégataires sont compétentes pour organiser des compétitions)
•    Choix du site en concertation avec le comité départemental de spéléologie
•    L’équipement des compétiteurs doit être conforme (casque, éclairage…)
•    Les participants doivent être encadrés sauf niveau de compétence attesté
•    Un pointage entrée/sortie doit être effectué
•    Le chronométrage doit être neutralisé
2 options d’épreuves sont proposées par la Fédération :
•    Le pointage de balises
•    Mise en valeur du patrimoine rupestre  sur le road book

Il est cité les Trail des Gorges de l’Ardèche : passage dans la partie aménagée de la Grotte de St Martin d’Ardèche mais uniquement pour les 170 concurrents du parcours de 40km.
Dans le cadre des mesures de protections environnementales Natura 2000/ENS, il est nécessaire de réaliser une évaluation d’incidence (dossier à renseigner). L’animateur du site peut accompagner l’organisateur pour la rédiger. Il est précisé que chaque site à un gestionnaire qui a connaissances des éléments nécessaires, son rôle n’étant pas de sanctionner (c’est plutôt le rôle de l’Etat : DDT) mais bien d’accompagner. Il est précisé qu’une zone de silence permet au participant de prendre conscience de l’environnement qui l’entoure. Comme la majorité des organisateurs veut faire découvrir le territoire, c’est là une excellente occasion.
Par ailleurs les animateurs peuvent être présents le jour de l’évènementiel afin de sensibiliser les participants.

•    La gestion des déchets
L’organisateur est souvent confronté aux problèmes posés par la collecte et le tri des déchets lors de sa manifestation. L’association Les connexions Associatives est là pour les aider à mettre en place les solutions appropriées. L’organisateur doit, dès le commencement de sa réflexion, se projeter dans la démarche, c’est l’ensemble des participants à l’organisation de l’évènement qui doit être sensibilisé pour pouvoir anticiper et trouver les solutions à chaque situation.
De nombreux exemples sont cités : choix des gobelets, option bouteille donnée au départ mais rendue à l’arrivée, Raidlink’s  demande aux concurrents d’apporter leurs couverts…

Sur la règlementation
Lorsque le dossier de la manifestation arrive chez le Préfet, il est dispatché entre les différents services : SDIS, DDT et DDCSPP qui accueille avec une certaine bienveillance les dossiers hors délais de dépôt. Un nouveau décret modifie le Code du sport au nom de la simplification administrative :
•    Le rôle des Fédérations est renforcé
•    Si l’épreuve a lieu sur une seule commune, c’est le Maire qui rend l’avis
La DDT se prononce sur la partie environnement, il est fortement conseillé à l’organisateur de prendre contact avec l’animateur, lorsque la manifestation se déroule sur un site Natura 2000/ENS ou à proximité.
La DDT n’a pas la possibilité de savoir si l’organisateur a contacté l’animateur du site, il faudrait que cela apparaisse sur la demande. Le décret du mois d’aout 2017 modifie le classement des manifestations  soumises à déclaration.

En conclusion de cette première table ronde
De nombreux acteurs sont présents pour accompagner les organisateurs ; Il est impératif que les informations soient transmises en temps utile.  L’outil Géosport pourrait être une plateforme idéale.
Une charte spécifique permettrait de labelliser les  évènementiels, elle pourrait préciser un protocole de mise en œuvre dans lequel apparaitraient les délais de consultation des référents (environnement, déchets, services instructeurs…)

2ème table ronde

Sur l’accompagnement par les structures en charge du tourisme
L’agence de Développement Touristique de l’Ardèche conduit des actions notamment dans les domaines de l’offre, de l’observation et de la communication. Les évènementiels sportifs de nature peuvent être concernés. Ce qui peut être intéressant pour les organisateurs, c’est le dispositif APIDAE (qui permet de relayer l’offre touristique) il faut dans ce cas se rapprocher le plus en amont possible de son projet de l’Office du Tourisme qui sera l’interlocuteur.
Si l’organisateur souhaite avoir des données clientèles, les chiffres sont disponibles auprès de l’observatoire : qui sont les touristes qui viennent sur le territoire ? Quels sont les lieux visités, les activités consommées ?…
L’ADT 07 peut également accompagner en aval sur la mise en place d’une méthode d’évaluation des retombées économiques et ponctuellement sur la collecte et le traitement.
Les outils de promotion (digitale) sont accessibles pour relayer l’information sur la manifestation : site web, news letters presse, réseaux sociaux, chaine TV en ligne…
Il existe des outils de vente en ligne pour gérer les inscriptions.
La SPL du Pont d’Arc accompagne les organisateurs, il y existe ainsi un vrai partage des compétences assurant une complémentarité efficace. A titre exemple et concernant le Marathon des Gorges, la SPL a fourni une assistance sur les relations médias, mais a également joué son rôle de facilitateur de séjours car lorsque l’on vient participer à une compétition on a besoin d’un hébergement, d’activités pour les accompagnants…Par ailleurs certains hébergements ne sont pas ouverts au moment des manifestations les OT peuvent communiquer ce type d’information. Toujours concernant le Marathon des Gorges, 2 OT sont intéressés (départ et arrivée) Ainsi il a été mis en place un site unique (mymarathondesgorges) qui communique les informations ad hoc. Les participants sont informés en temps réel sur les services : hébergement, restauration, activités…
En termes de retombées économiques, la gestion de la relation client est un bon outil, elle permet par exemple de préciser l’offre touristique dans le mail de confirmation de l’inscription.
   

Sur les retombées économiques
Pour l’hôtel Les Petits Oreillers (St Martin d’Ardèche) les 3 manifestations sportives génèrent des retombées, tout est fait pour répondre au mieux aux attentes des compétiteurs et les faire revenir. Les sportifs sont très sourcilleux quant à leurs équipements, notamment les vélos, ainsi une chambre fermée à clé leur est dédiée. Pour l’anecdote le propriétaire s’est mis à l’entrainement puis à la compétition…
Les organisateurs du Triathlon des Gorges de L’Ardèche ont souhaité offrir à chaque participant une bouteille de vin par le biais d’un ticket pour aller la retirer à la cave (Domaine de la  Croix Blanche) ce qui a permis de faire découvrir la production du domaine. Cette démarche constitue une bonne promotion pour le domaine.
La Mairie de Thueyts précise que l’information concernant la restauration (restaurants ouverts et spécialités) apparaît sur le site du Trail de la Chaussée des Géants.
Mais la manifestation peut être un frein à l’activité des commerçants (routes fermées, difficultés d’accès…) à l’exemple du Triathlon des Gorges de L’Ardèche durant lequel 2 restaurants sont situés sur une route fermée durant l’épreuve. Pour compenser, des lots ont été offerts sous formes de tickets repas dans ces 2 établissements, ceux qui ne sont pas utilisés sont offerts aux bénévoles.
Pour la communauté de communes Val Eyrieux, les évènementiels sont un axe fort du développement touristique, qu’ils soient portés par un OT ou par une association. Grace à l’ADT07 une étude clientèle a été réalisée. Il existe une réelle pratique sport nature ancrée sur ce territoire.
L’association Ardèche le Goût confirme qu’un évènementiel peut être l’occasion de valoriser les producteurs du territoire. L’Association peut accompagner les organisateurs dans leur recherche. Ainsi sur la Montagne Ardéchoise, les participants sont récompensés en produit locaux.
Le directeur du magasin Décathlon d’Aubenas annonce une hausse certaine du chiffre d’affaire les jours précédant les manifestations sportives : (évaluation sur la semaine qui précéde la manifestation)
Raid Nature du Pont d’Arc : + 15% –  Raid’O’Féminin : + 5% – Triathlon des Gorges : + 5% – l’Ardéchoise : + 25% – Marathon des Gorges + 30% – Slackline meeting : + 30% – La Chaussée des Géants +3% (l’évènement à un partenariat avec Intersport)
Il précise que le rôle des commerçants est d’accompagner la dynamique sportive, sachant que la pratique accuse une baisse : à la question pratiquez-vous une activité sportive par semaine la réponse est  oui pour 36% des sondés contre 44% il y a 10 ans.
Ce en quoi, il faut distinguer la pratique en salle, qui est plus concernée par cette donnée, et la pratique en extérieur précise le représentant du CREPS Auvergne Rhône-Alpes qui indique également que lors des formations le discours tenu aux stagiaires est qu’en tant que futurs organisateurs d’évènementiels,  ils sont des générateurs  de richesse pour le territoire. Par ailleurs les stagiaires constatent l’excellence dans l’organisation des manifestations Ardéchoise.
La gestion de la relation client (mise en place ADT07 ou OT) permet de maintenir un dialogue avec le compétiteur et son entourage : son retour d’expérience (tri des déchets sensibilisation environnementale, accueil, services…mais elle peut être également un vecteur pour promouvoir un nouveau séjour.
Il est impératif de bien calibrer le message média qui, non seulement permet d’attirer des sponsors mais également de sensibiliser les habitants et les commerçants.
Pouvoir identifier l’image de la manifestation et ses retombées économiques semble primordial. C’est à la fois le gage de son importance et la prise en compte de ce territoire qui est notre lieu de vie.
La mise en œuvre d’un évènementiel doit aussi être envisagée comme la possibilité à travers la plu value économique réalisée de créer de l’emploi au sein de l’association, du club ou du comité.

Conclusion et prospectives

•    Proposer un guide « parcours de l’organisateur d’un évènementiel sportif de nature » : qui indiquera notamment les références des  interlocuteurs à contacter, ce qu’ils peuvent apporter et le timing à envisager. Ce guide pourrait intégrer les outils pour sensibiliser les participants à la biodiversité et au tri des déchets. Ce guide dématérialisé pouvant intégrer Géoport07
•    Valoriser le travail de concertation avec les partenaires, ce qui permet de sensibiliser le participant au travail réalisé en amont, aux enjeux de la manifestation et peut être un élément de discrimination positive dans le choix de l’épreuve.
•    Envisager un accompagnement méthodologique pour l’évaluation des retombées économiques
•    Se rapprocher des organismes du tourisme pour la gestion des réservations, la communication et l’information sur les services et l’offre d’animation.
Il faut retrouver des lieux de concertation pour pouvoir débattre avec tous.
Il faut travailler en amont car cela facilite la mise en œuvre.
La règlementation qui concerne la nature ne doit pas paraitre comme une contrainte.
Tous ensembles nous pouvons faire de belles manifestations.

Laisser un commentaire

Pour commenter, remplissez les champs ci-dessous. Votre email restera confidentiel.

*